7e hôte : Poétique Gregory

Posté dans : Actualité /News | 0

Il écrit la vie, s’amuse avec les mots et leurs jeux… et le dit si bien que je ne peux le paraphraser sans tomber dans la platitude totale.

Le blog : Je t’ai l’encre !
Le Myspace : Gregory Sey

Rezo Mondiale

« Tu sais, Cali, je voudrais bien parfois, en savoir un peu plus sur le monde que l’on laissera. A nos enfants et aux enfants de nos enfants. Un monde d’identités paraît-il. Un monde, dit-on? Un monde ou juste quelques restes, à peine une île? J’ai de la peine je crois à croire à toutes ces histoires d’identités. J’ai de la peine je sais avec ceux qui veulent refaire l’histoire. Je préfère me tourner vers le futur. Je préfère les nouveaux modes de communication aux longs discours sans queue ni tête. J’ai la tête pleine d’ailleurs. J’ai la tête pleine des autres. J’apprends des autres. De toutes ces cultures. De toutes ces expériences. De toutes ces histoires. C’est la diversité qui nous fait si forts. Si créatifs. Si nous. Qui fait notre identité en somme. La somme de nous tous. Tous. Notre identité est internationale. Comme un réseau. Un tissu d’échange. Un ensemble que l’on n’empêche pas.
Je préfère regarder vers le futur. Aux longs discours je préfère me nourrir d’instantanés de vie. D’images en mouvement. Dans un monde en mouvement perpétuel. Nous sommes. La nuit je dors et toi tu dessines. Le jour j’écris et toi tu chantes. Pour nous tous. Sans exception. Alors j’attends. J’attends que la prochaine image vienne. Alors je tends ma main en attendant. Je reste connecté. Sur le réseau mondial. Mon identité à moi. La tienne aussi. La leur. La notre. Alors? Alors de quoi parle t-on? On ne parle plus. On échange. Des regards. On regarde ce que les autres partagent avec les uns. Les uns c’est au pluriel. Il n’y a que du pluriel ici. Il n’y a pas d’un sans autre. On échange. On est change. On existe. On existe à travers nos échanges. Ces idées que l’on construit les unes au dessus de celles des autres. On existe parce qu’on est ensemble. On existe parce qu’on crée. On s’inspire. On se respire. On transpire à travers les câbles et les ondes. Mondiales, les ondes.

L’inspiration n’a pas de frontière. Tes images, mes mots, leurs musiques non plus. Tu es là, Cali. Dans ce nouveau monde. Ces échanges pleins de sens. Chaque création est unique. Chaque création a sa place dans un monde de diversité, de respect, de richesse faite de nos différences. Notre monde est un réseau. Pas un ensemble d’îles. Des îles, je n’en veux pas. Je ne veux pas qu’on m’isole. Je veux des ailes pour parcourir le monde dans son intégralité. Chaque endroit est unique. Beau. La beauté se redéfinit à chaque fois. A chaque pas. A chaque clic. Ma crise identitaire à moi, c’est celle d’un monde inter-connecté.

Il n’y a qu’un seul monde. Nous vivons sur une seule planète. La même. C’est ça notre identité. A toi, à moi, à eux, à nous. Nous.

Et toi, et moi, Cali, nous faisons partie de cette patrie. De ce monde. De ce réseau mondial.

Tu es mondiale, Cali. »