English version below (clic).


DE L’ABSTRAIT CONCRET DANS UNE GALERIE VIRTUELLE

Voici ma dernière série de peintures abstraites exposées virtuellement dans une galerie 3D !

Peintures, scénographie et textures par Cali Rezo
Modeling, rendu, montage et musique par Mina Pêcheux

LA GENESE DE MA SERIE

     Il y a un an je cherchais de nouvelles inspirations pour mon travail lorsqu’arriva de façon impromptue dans ma boite aux lettres un message manuscrit annotant un passage extrait du livre de Bachelard “La Terre et les rêveries du repos“. Ma voisine attentionnée avait repéré quelques phrases qui lui semblaient faire écho à ma peinture. De ses rêveries je suis passée à celles de Bachelard et j’ai redécouvert son oeuvre sous un autre jour. Sa “Poétique de l’Espace“, entre autres, a mis les bons mots sur mes ressentis. Tout s’imbriquait au bon moment. De Bachelard à Deleuze en passant par les manifestes du Bokujinkai, j’ai passé l’été 2020 à lire et connecter ce qui devenait des évidences.

Mes peintures se sont retrouvées habitées par un nid imaginaire, tournant autour de son centre vide, contre-forme pleine de vie comme un oeuf. Comme un secret caché au milieu de l’abstraction mais à la vue de tous. Un paradoxe déroutant alors que j’ai toujours refusé de titrer mes peintures pour ne pas orienter l’imagination du regardeur.

Après plusieurs mois à travailler dans cette direction, j’ai senti que même en la déclinant comme une lettre aimée maintes fois calligraphiée, je risquais de tourner en rond, sans mauvais jeu de mot.

Retombant une fois de plus au cours de mes études quotidiennes sur l’art pariétal et rupestre, j’ai suivi ce filon quelques semaines. Les ocres des cavernes et des envies de terre ont fini par infiltrer mes rêves.

Ne souhaitant pas introduire dans mon processus créatif une peinture colorée, je me suis orientée vers le brou de noix que j’ai utilisé pour assombrir progressivement mes toiles. J’ai décidé de montrer concrètement l’évolution des teintes en déclinant 7 fonds, du blanc satiné au noir mat en passant graduellement par 5 nuances de bruns.

Sur ces fonds longuement travaillés, j’ai finalement déposé mes “nids” noir brillant, chacun se logeant dans les différentes carnations ; chacun reflétant le monde à sa manière.

LA MONSTRATION DE MA SERIE

Embrasser du regard 7 toiles de 100cm x 100cm nécessitant un espace que je n’ai pas, la question de l’exposition s’est rapidement posée. L’idée de simplement aligner mes peintures dans un couloir ne me satisfait pas. Puisque le virtuel permet de rêver, j’ai choisi d’imaginer une salle dédiée à la série. 

Cette partie du travail a été réalisée en duo avec Mina Pêcheux pour le côté technique (3D et montage vidéo). Je vous invite donc à suivre cette aventure avec le billet qu’elle a écrit à ce propos (clic).

L’aboutissement de ce travail est la vidéo montrée en début d’article.
J’espère que cela vous a plu (:


SOME CONCRETE ABSTRACTION IN A VIRTUAL GALLERY

Here is my latest series of abstract paintings showcased virtually in a 3D gallery!

Paintings, scenography and textures by Cali Rezo
Modeling, rendering, video editing and music by Mina Pêcheux

THE GENESIS OF MY SERIES

     A year ago, I was looking for new inspirations for my work when I received an impromptu message in my mailbox: a handwritten letter annotating an excerpt of Bachelard’s “Earth and Reveries of Repose“. My kind neighbour had spotted a few sentences that she thought echoed with my paintings. I wandered from her daydreams to Bachelard’s and rediscovered his work in a new light. His “Poetics of Space“, among other books, put my feelings into words. It was all coming together at the right time. From Bachelard to Deleuze, via the statements of the Bokujinkai, I spent the summer of 2020 reading and making connections between what was becoming obvious.

My paintings became haunted by an imaginary nest, revolving around its empty center, a negative space as full of life as an egg. It was like a secret hidden by abstraction but exposed in plain view. A disconcerting paradox since I’d always refused to give a title to my paintings to avoid influencing the imagination of the viewer.

After working in this direction for several months, I realized that even if I made variations of it as a long-loved and many-times calligraphed letter, I’d eventually go around in circles, no pun intended.

One day, during my daily research, I came across, once again, the parietal and cave arts. I decided to follow this path for a few weeks. Cavern ochres and the eargerness for earth started to permeate my dreams.

As I did not wish to use colored paints in my creative process, I went for walnut stain to gradually darken my canvases. I decided to explicitly show the evolution of this new palette by making 7 backgrounds, from satin white to matte black, with 5 in-between shades of brown.

I eventually laid down my shiny black “nests” on these well-prepared backgrounds, each of them finding its place in the various tones; each of them reflecting the world in its own way.

SHOWING MY SERIES

Because I don’t have the space to exhibit 7 100cm x 100cm paintings all at once, I quickly started to wonder about how to showcase them. A simple alignment in a corridor was not to my taste. As virtual reality allows you to imagine anything, I decided to design a dedicated room for the series.

This part of the project was realized as a duo with Mina Pêcheux for all the technical side (3D and video editing). I thus encourage you to continue this adventure with the article she wrote on this topic (clic).

The video at the beginning of this post is our end result.
I hope you enjoyed it (:

Comments are closed

Tags
Archives